BPJEPS : Une exposition comme apprentissage à l’animation culturelle


Les stagiaires BPJEPS « Loisirs Tous Publics » de Poitiers, ont eu l’occasion – dans le cadre de leur formation avec les Francas Poitou-Charentes – de visiter l’exposition « En avant toutes ! » à la Galerie Louise Michel en compagnie de Dominique TRUCO et de leur formatrice Marie BERNARD.

P_20170601_170040

Les stagiaires BPJEPS Poitiers – promotion 2016-2018 avec Dominique Truco et Marie Bernard

Une journée culturelle qui pousse à la réflexion

Dans le cadre de leur formation BPJEPS-LTP, les stagiaires sont amené-e-s à aborder différentes activités de loisirs, dont les loisirs culturels. L’exposition « En avant toutes ! » a donc été l’opportunité, pour la promotion 2016-2018 de Poitiers de rencontrer Dominique Truco, Chargée de mission « développement des arts plastiques » de Poitiers. Son credo ? Faire le choix du vivant! En effet, pour Dominique Truco « la vision sociale, culturelle et politique du monde est une nécessité, parce que, ce qui agit, nous transforme ». L’objectif de cette journée est donc de permettre aux stagiaires BPJEPS de découvrir une exposition composée d’œuvres qu’ils/elles n’ont pas l’habitude de voir pour les amener – en tant que futur-e-s professionnel-le-s de l’animation – à concevoir des animations centrées également sur des activités culturelles.

Qu’elles se nomment The Guerrilla Girls, La Barbe, Christina Lucas, Fatima Mazmouz, Céstina Celeste ou Fanny Guérineau, toutes les propositions artistiques forment un « ensemble d’œuvres qui s’articulent pour en faire un grand tissu de sens » leur annonce Dominique Truco en préambule.

En effet, l’exposition « En avant toutes ! » se veut engagée dans le combat pour les droits des femmes affichant différentes formes artistiques de représentations idéologiques.

A travers les messages qu’elles portent, les œuvres exposées amènent autant à s’interroger sur le droit à disposer de son corps, sur le monopole du pouvoir exercé par les hommes, que sur l’accès à la liberté et à l’égalité faisant notamment réagir un stagiaire « je suis persuadé qu’il y a des hommes qui sont conscients des inégalités mais n’agissent pas ou choisissent de se taire ».

D’autres œuvres quant à elles suscitent le débat et les controverses mais toutes et tous s’accordent pour dire que « l’exposition les a poussés à la réflexion ».

P_20170601_150754

« Nous devons nous-mêmes alimenter nos réflexions »

L’art et la culture comme démarche d’éducation populaire prend ici tout son sens et, en fin de journée, les stagiaires font le lien avec leur formation et leur travail auprès des enfants et des adolescent-e-s car « notre but est de sensibiliser, d’amener au questionnement et à l’esprit critique, c’est pourquoi, nous devons nous-mêmes alimenter nos réflexions ».

Thomas, 30 ans, en alternance au CSC des Trois Cités évoque pour sa part travailler dans un quartier où les inégalités entre les filles et les garçons se font davantage ressentir que pour Mélanie, 24 ans, en alternance à la Maison de la Gibauderie. Les stagiaires ne sont certes pas confronté-e-s aux mêmes situations, mais ressentent le même désir « d’inculquer aux jeunes une autre façon de voir les choses ».

Mélanie et Thomas sont unanimes, le BPJEPS leur donne « l’ouverture d’esprit et les connaissances nécessaires pour pouvoir mieux agir et mieux exercer les pratiques d’éducation populaire tout en transmettant des valeurs humaines ».

Consciente des luttes qu’il reste à mener, Dominique Truco se veut optimiste parce que « les gens avancent, ils ont des choses à dire et continuent d’avancer pour confronter une autre vision du monde, avec pertinence, poésie et justesse ».

P_20170601_152855

 

Retrouvez l’intégralité de l’article au format PDF en cliquant ici

 

Crédit photo et rédaction : Sofia DA SILVA (Francas Poitou-Charentes)